L’acceptation

L’acceptation

ACCEPTER D’ÊTRE MALADE A VIE.

Ça va faire un petit peu plus d’un an que je suis malade et l’acceptation reste toujours difficile. La maladie est acceptée en quelque sorte, on va dire qu’avec le temps on arrive mieux à gérer les crises, on arrive plus à relativiser mais j’ai toujours du mal à me dire que je suis malade. Quand on m’a diagnostiquée la maladie j’ai beaucoup pleuré, je me suis posée beaucoup de questions, je me suis demandée pourquoi moi ? J’étais un petit peu démunie face à tout ça. Je ne voulais pas me dire que j’étais malade, surtout que je n’avais pas de gros symptômes. J’ai commencé mon traitement tout allait bien, je suis sous pentasa. Le traitement m’a arrêté les saignements, donc je n’avais plus rien c’était magique et j’ai pu continuer ma grossesse normalement en oubliant presque la maladie.

Je pense que quand on va bien on va se dire oui j’ai accepté la maladie mais du moment qu’une poussée revient on retourne un peu dans de l’angoisse, du stress et on se pose les mêmes questions qu’au début. Avec le temps on apprend à connaître son corps et surtout reconnaître le début d’une poussée. J’ai eu ma première vrai poussée au mois de juin ça a duré tout l’été, j’ai vécu les pires vacances de ma vie. N’ayant jamais eu tout ça j’ai arrêté mon traitement de moi-même en pensant que c’était le médicament qui me rendait encore plus malade. Avant le diagnostic j’allais tellement bien et pourtant la maladie était présente depuis un moment. Face à cette situation mon corps a très mal réagi, j’ai été en crise pendant trois mois ! Cette période fut très difficile pour moi et ma famille.. J’ai repris mon traitement correctement à partir de septembre et tout s’est stabilisé, mais les angoisses étaient toujours présentes.. ce qui m’a fait quitter mon travail à Paris. Le stress jouent beaucoup. j’ai commencé à accepter cette maladie à partir de ce moment.

Chaque personne est différente, chaque personne a un stade différent de la maladie et n’a pas la même définition de l’acceptation. Quand j’ai appris ma maladie j’ai été sur les groupes facebook et j’ai vu les pires situations : tumeur du colon, stomie.. j’ai eu très peur mais comme j’ai dit précédemment nous sommes pas tous au même stade et la maladie évolue différemment sur chaque personne. Il y a des personnes qui vont vivre normalement toute leur vie, qui auront des poussées très légères, d’autres qui vont être en rémission et des personnes où le quotidien va être plus compliqué.  

Pour moi l’acceptation existe avec du temps, il faut pas laisser la maladie prendre le dessus sur notre corps. Cela fait un peu plus de 1 an pour ma part et je commence seulement à l’accepter. Mon fils, mon chéri et ma famille m’ont beaucoup aidés et ils continuent à être là pour moi. Pour toutes les personnes atteintes d’une MICI je vous souhaite plein de courage en espérant que cet article vous a plu. N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire en bas de cette page.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *